16 oct. 2011


Messie malgré tout !, Alain Berenboom, Genèse Editions, 143 pp.

Que le temps passe vite ! Déjà plusieurs semaines que j’ai lu le roman d’Alain Berenboom et je n’ai toujours pas pris le temps d’en faire la chronique sur ce blog.
« Le temps qui passe »… Tiens donc! C’est peut-être justement un peu de cela dont il est question dans le recueil. Le temps a passé depuis l’annonce de la venue du Messie, de l’eau grise et froide a coulé par flots entiers sous les ponts de notre vieille planète. Est-on dès lors prêts à accueillir à bras ouverts ce fameux Messie tant attendu ? Il semblerait que non : sa longue absence en a refroidi plus d’un et l’accueil qui lui est réservé est plus que mitigé. Le vieil homme (et oui, il porte une barbe et circule à dos d’âne, conformément aux prescrits bibliques) passe de ville en ville (10 au total : d’Odessa aux USA à Odessa en Ukraine en passant par Bruxelles et Venise) sans que jamais son message de paix ne rencontre la flamme escomptée. Serait-on devenus impies ? Drastiquement matérialistes ? Ou juste terriblement lassés par les « faux » messies qui ont pullulé de tous temps ? N’a-t-on plus le temps (toujours lui !) de s’arrêter de courir pour se poser les bonnes questions ? Ou bien attend-on un être plus charismatique, moins « has been » que ce pauvre vieux définitivement à côté de ses pompes ? Le constat est terrifiant ! On devrait pleurer, pas vrai ?! Et pourtant on rit de très bon cœur au fil de ces 143 pages. Comme quoi rien n'est perdu, on sait encore rire!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire