16 janv. 2009

EMILY OU LA DÉRAISON, Jean-Pierre Milovanoff, Grasset

Jean-Pierre Milovanoff a à son actif une bibliographie impressionnante puisqu’il a écrit des romans, des pièces de théâtre, des essais et des recueils de poésie. Il a également reçu de nombreux prix au cours de sa carrière : le prix France Culture en 96, le prix Goncourt des Lycéens en 97 et le prix des libraires en 99. Il nous revient cette année avec un roman, Emily ou la déraison, paru chez Grasset. En deux mots, l’histoire conte la vie d’un frère et d’une sœur. Ou plutôt l’extrême protection de la sœur par le frère puisque la jeune fille a complètement sombré dans la folie. Pas dans une folie tempétueuse, on est loin de cela. Ici c’est une démence sage, une distance par rapport au monde et aux êtres. Le frère qui est un peu son ange gardien balance entre sa volonté d’avancer dans la vie et le poids mort que représente sa sœur malade. Jean-Pierre Milovanoff évite le piège de l’excès qu’on trouve souvent dans les romans consacrés à la folie et offre ici un texte tout en retenue. Le roman offre aussi un beau portrait d’une famille de Russes Blancs. Bref un livre à la facture classique qui séduit par sa tendresse, par sa fragilité et par sa beauté.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire