16 janv. 2009

LE SOLILOQUE DE L’EMPAILLEUR, Adrien Goetz et Karen Knorr, Le Promeneur

Voici un ovni dans le paysage littéraire. Adrien Goetz est surtout connu pour ses romans historiques (autour de la peinture le plus souvent) comme La Dormeuse de Naples, Une petite légende dorée ou plus récemment Intrigue à l’anglaise. Il s’associe ici avec la photographe et plasticienne allemande Karen Knorr pour réaliser cet ouvrage raffiné paru aux Editions le Promeneur dans la collection le Cabinet des Lettrés (fort jolie collection soit dit en passant, que l’on doit à Patrick Mauriès). Le livre présente des photographies animalières réalisées dans les salons du musée français de la Chasse et de la Nature. On est donc un peu surpris au départ en feuilletant l’ouvrage : on découvre des photos de cerfs en train de se battre sur un parquet en point de Hongrie ou d’un lièvre tapi devant une cheminée Louis XVI !... Et puis en lisant la nouvelle, on comprend mieux : le narrateur est un vieil empailleur qui raconte l’histoire de sa vie et de son amour pour l’artisanat de haut vol (puisqu’il est considéré comme l’un des meilleurs naturaliste de son temps). Le bonhomme au demeurant est plutôt sympathique. Le récit est stylisé. Jusque là on se régale. Et puis, l’air de rien, le texte bascule vers l’irrémédiable. Adrien Goetz manie ici le suspense avec brio et suggère magistralement l’horreur...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire