20 mars 2009

Fin de vie au soleil...


Merveille d’efficacité et d’humour noir, le dernier roman de Pascal Garnier nous entraîne dans un complexe immobilier sécurisé destiné exclusivement aux seniors. 'Les Conviviales' offrent à ses habitants confort et protection dans le Sud de la France. Martial et Odette sont les premiers à s’y installer mais ils déchantent rapidement : ils sont seuls, et il pleut. Avec le printemps arrivent enfin trois nouvelles têtes : un couple et une femme seule. Ouf ! Finie la solitude en tête à tête. Tous se retrouvent quotidiennement autour de la piscine dans la chaleur étouffante de l’été. Entre confidences et petites lâchetés, les cinq compères barbotent dans un ennui sous contrôle. Mais l’installation d’un camp de gitans (quelques caravanes inoffensives) dans le voisinage de la résidence fait subitement voler en éclat cette gentillesse de façade : les passions se déchaînent, la paranoïa s’étend, la mort guette. Habile conteur, Pascal Garnier campe un huis clos, au fil des pages, plus suffocant et croque d’une écriture vitriolée les travers de ses contemporains.

Lune captive dans un œil mort. Par Pascal Garnier. Zulma, 156 p. (Article paru dans le Vif L'Express du 6 mars 2009)

Chronique d’un roman annoncé…


Un an après La Dernière licorne, Eva Kavian nous revient avec un sixième roman judicieux et émouvant. Léa, une gamine de douze ans, décide d’écrire un livre. Elle aurait pu choisir la chanson ou la mode car ce qui l’intéresse avant tout, c’est de devenir une star. Sur les conseils de sa mère romancière - momentanément en panne d’inspiration, Léa dresse le portrait des habitants de sa rue. Comme elle est vive et délurée, son récit prend des allures de texte-vérité décapant sur le quartier. Eva kavian a-t-elle été inspirée par les ateliers d’écriture qu’elle anime? On la sent en tout cas maître de son sujet : au travers de sa jeune héroïne, elle nous donne de façon humoristique la « recette pour écrire un roman », étape par étape. La sauce prend rapidement: le texte est frais et pétillant, l’analyse des familles monoparentales lucide et éloquente. Toutes ces jeunes mères qui galèrent pour éduquer seules leurs enfants, malgré les échecs sentimentaux, semble dire Eva Kavian, ne cherchent au fond rien d’autre qu’un nouveau grand amour. Grâce, tendresse et drôlerie sont les ingrédients de ce roman délicatement épicé dont on se régale.

Le Square des Héros. Par Eva Kavian. Castor Astral. 165 p. (Article paru dans le Vif L'Express du 6 mars 2009)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire